Acqua Alta de la compagnie Adrien M et Claire B

Acqua Alta

Tribulations amoureuses sur fond de pixels insolents, Acqua Alta de la Compagnie Adrien M et Claire B tente le pari de la scène numérique et fait de l’innovation technologique un outil d’écriture chorégraphique à part entière.

Par Agnès Dopff publié le 27 janv. 2021

Pour ARTE Concert, la caméra de Mohamed Athamna s’est postée dans la grande salle du Théâtre national de Chaillot le temps d’Acqua Alta, spectacle écrit et conçu par le duo Claire Bardainne et Adrien Mondot, chorégraphié et interprété par Satchie Noro et Dimitri Hatton. Pris dans les turbulences d’un écran de pixels, un couple à la gestuelle clownesque essaie tant bien que mal de résoudre ses différends alors qu’autour des deux amants, la tempête se prépare. D’abord simple filtre de petits points blancs projetés sur un écran translucide tendu en avant-scène, l’outil numérique gagne vite en autonomie, jusqu’à devenir un véritable acteur. Tantôt poudreuse, tantôt aqueuse, la matière virtuelle traverse tous les états et convoque dans ses mutations autant de paysages sensoriels. Les pixels immaculés se répandent dans un mouvement aérien, et voilà que le couple agité semble pris dans le blizzard ; une vague emporte la masse blanche et plonge les amoureux dans la tourmente ; un jeu de ressac encore, les grandes eaux se retirent et libèrent enfin les deux corps sur le rivage. À travers la romance candide d’un naïf et d’une valseuse cabotine que l’on découvre au rythme d’une ritournelle au piano, Acqua Alta prend le parti de la douceur et de la sobriété pour explorer les potentialités d’une écriture hybride, où le travail du geste intègre et façonne le virtuel des espaces et des matières au point de nous faire oublier les limites matérielles de la scène.

 

 

> Acqua Alta de la Compagnie Adrien M et Claire B, un film de Mohamed Athamna (Arte Concert / 24 Images)