théâtre

[ʒaklin] Jacqueline, écrits d’art brut

de Olivier Martin-Salvan


18/09 > 28/09/2020 -THÉÂTRE GARONNE
Par Orianne Hidalgo-Laurier | publié le 1 sept. 2020
[ʒaklin] Jacqueline, écrits d’arts bruts d’Olivier Martin-Salvan. © Yvan Clédat

Olivier Martin-Salvan dédie une scène, un corps et des voix aux textes « sans sépulture » des patients de l’hôpital psychiatrique Sainte-Anne à Paris. Cette langue indomptable, « brute », il l’a exhumée puis sondée jusqu’à incarner complètement, ici, l’obsession pour la violence sociale du foyer et de l’asile ; là, des allitérations en « k » ; ailleurs, des listes interminables. Il enfile ces mots à mesure qu’il s’effeuille face à un double-musicien. Une manière de faire craquer la puissance évocatrice et existentielle de ce que l’institution s’évertue de mettre à l’écart.