arts visuels

Éric Baudelaire

Faire avec


09/11 > 02/02/2020 -CRAC OCCITANIE
Par Orianne Hidalgo-Laurier |
© Eric Baudelaire, L’Anabase de May et Fusako Shigenobu, Masao Adachi, et 27 années sans images, 2011, 70 minutes (photogramme

Avec un titre qui sonne comme un aveu de résignation, l’exposition d’Éric Baudelaire s’annonce pourtant comme un défi lancé aux discours unilatéraux. Le lauréat du Prix Marcel Duchamp envisage les œuvres et leurs auteurs comme des lieux de polyphonie. Ses films mêlent les points de vue dissonants des membres du Parlement britannique au lendemain du vote en faveur du Brexit, s’infiltrent dans les paysages familiers d’un Français parti faire le djihad en Syrie, ou offrent une caisse de résonance au cinéaste Masao Adachi, membre de l’Armée rouge japonaise, pour qui réaliser un film équivaut à un acte de propagande par le fait.