théâtre

Festival d’Automne


10/09 > 31/12/2019 -PARIS, PARIS
Par Orianne Hidalgo-Laurier |
© Oreste à Mossoul de Milo Rau. p. Fred de Brock

Ce qu’il y a de bien avec les arts de la scène, c’est que parfois, ils nous tirent de notre réalité pour nous y rebalancer avec encore plus de force dans un fracas un brin dissonant. Dans le ténébreux Crowd, Gisèle Vienne sabote le compteur bpm de nos cœurs de spectateurs trop confiants en l’accordant à celui de ses 15 ravers. Tiago Rodrigues et le tg STAN tentent de voir comment la lecture d’Anna Karénine peut effectivement modifier la vie de deux couples (The way she dies). Émilie Rousset ressuscite les protagonistes du procès en 1972, à Bobigny, d’une jeune fille ayant avorté suite à un viol, pour leur fixer des rendez-vous individuels avec le public, tandis que Milo Rau déplace littéralement la tragédie d’Eschyle sur une scène de guerre (Oreste à Mossoul). Après le passage de Steven Cohen, on ne fermera plus jamais les yeux sur ce que le deuil peut imprimer dans la chair (Put your heart under your feet... and walk !).