danse

In Extremis


20/03 > 07/04/2018 -THÉÂTRE GARONNE
Par Flora Moricet | publié le 28 févr. 2018
<i>Forbidden the Sporgersi</i> de Pierre Meunier et Marguerite Bordat Forbidden the Sporgersi de Pierre Meunier et Marguerite Bordat © Jean-Pierre Stournet

« Je suis née un jour de neige, d’une mère qui se marre tout le temps. Je me suis dit : ça caille, mais ça a l’air cool la vie. Et j’ai enchaîné les galères. » Les mots de Babouillec, jeune auteure autiste, dans Forbidden di Sporgersi annoncent la couleur du festival In Extremis qui  se lance dans un petit tour du monde : Australie, Brésil, Afrique du Sud en passant par Le Caire. Le poète soufi Abdullah Miniawy envoûte en interprétant les chansons de la légende égyptienne Abd-Al Wahab. Avec Fabrice Ramalingom, on apprend à parler la langue tupi commune aux peuples autochtones du Brésil sur de la danse contemporaine et des sonorités hip-hop. On n’oublie surtout pas de voir Vladimir Poutine danser face au performeur guérisseur Albert Ibokwe Khoza à qui Robyn Orlin dédie And So You See… Solo d’un « requiem pour l’humanité ».