arts visuels

Irma Blank


27/06 > 31/10/2020 -BORDEAUX
Par Orianne Hidalgo-Laurier | publié le 3 sept. 2020
Eigenschriften, Pagina M-1 de Irma Blank © C. Favero

Ligne après ligne, de superposition en superposition, les œuvres d’Irma Blank immergent dans une sorte de matrice chromatique : le bleu, que l’artiste associe à l’utopie, s’incarne dans un maelstrom de traits qui finissent pas inonder la toile ; le rose, couleur de la raison et de l’énergie, se stratifie à la manière du sable creusé par les vents. À regarder de plus près les empreintes de ces mouvements, on y décode une logique scripturale, presque méditative. C’est en faisant l’expérience d’un déracinement, lorsque l’artiste allemande s’installe en Italie au début des années 1970, qu’Irma Blank constate « qu’il n’existe pas de mot juste ». Elle invente alors son propre alphabet qu’elle utilise comme une matière, un dessin qui saisit les contours d’une écriture aussi chorégraphique qu’autoréflexive et universelle.