Performance

Jerk off


04/09 > 15/09/2019 -PARIS, PARIS
Par Léa Poiré |
© Pour faire jouer les rats de Roméo Agid. p. Nikolaz le coq

Cette année encore, le festival Jerk off garde son objectif en ligne de mire : représenter les corps trop rapidement catalogués comme « autres » et grassement écrasés par le bulldozer de l’hétéronormativité. On y court donc pour écouter des histoires que certains préféreraient taire. Dans POZ !, Matteo Sedda danse un corps séropositif miné de culpabilité quand la sulfureuse Ofelia Jarl Ortega expérimente l’émergence d’une féminité queer. Côté concerts, on se laisse faire par Tarek Lakhrissi et Loup qui refusent de grandir et chantent à tue-tête les tubes emo des années 2000, de Kyo à Evanescence, ou par Roméo Agid et son culte musical Pour faire jouer les rats. Armé de paillettes, Tomas Gonzalez a lui sondé les corps des années disco, fouillé les clubs de province et témoignages de crooners en envisageant le beauf-cool comme une attitude marginale. Le tout se termine en fête, sans prise de tête.