arts visuels

Kader Attia

Les racines poussent aussi dans le béton


14/04 > 16/09/2018 -MUSÉE D'ART CONTEMPORAIN DU VAL-DE-MARNE (MAC/VAL)‎
Par Orianne Hidalgo-Laurier |
© Kader Attia, Untitled (skyline) © Adagp, Paris 2017. p. Marc Domage
 
 
Le titre de la monographie de Kader Attia, prix Marcel Duchamp 2016, évoque en lui-même la dimension narrative de cet œuvre aux médiums variables. Les racines poussent aussi dans le béton, comme la chute d’un récit qu’il faut tenter de recoudre ou encore comme un baume régénérateur. L’artiste, qui a fait de la ville moderne son terrain d’étude, s’attache aux zones méprisées dans les représentations médiatiques actuelles : les barres, les tours et les cités qui composent le paysage des banlieues. De l’utopie sociale et urbanistique dans laquelle ces grands ensembles sont nés à leur désaveu voire à leur destruction, il y a des trajectoires et des liens humains, des héritages et des croisements culturels, des histoires sociales et politiques du territoire. Le travail de Kader Attia incite à dépasser l’argument du déterminisme social et urbain.