danse concours réservé aux abonnés

Kaléidoscope dansé

[re]connaissance


21/11 > 22/11/2014 -LA RAMPE À ÉCHIROLLES EN ISÈRE

Accompagner dans la durée des danseurs au talent déjà confirmé mais encore peu identifiés ou peu diffusés et rendre visible la diversité de la création chorégraphique, tel est le double objectif du concours [re]connaissance qui signe sa sixième édition les 21 et 22 novembre à la Rampe d'Échirolles en Isère.

Par Christiane Dampne | publié le 10 nov. 2014
[re]connaissance, © Christian Rausch

Au menu, 12 compagnies en lice de divers horizons, géographiques et esthétiques. On relève deux pièces politiques : Shake it Out de l'association CUBe (13) et Bloody Gauta de la Cie Vincent Mantsoé (63). Le chorégraphe Christian Ubl présente un extrait de sa nouvelle pièce (créée en février) qui confronte cinq danseurs à deux musiciens enchaînant assemblages électroniques et tempi de batterie. D'origine autrichienne, il questionne l'identité culturelle européenne à travers le prisme du folklore et de la danse contemporaine, créant par là-même des zones de friction sur le fil d'une ironie grinçante. Les cinq interprètes esquissent des réponses à la double question : quelles seront les traditions pour l'Europe de demain ? Et quelle transmission ?

Dans Bloody Gauta, également pour cinq danseurs, le chorégraphe sud-africain Vincent Mantsoé s’attèle à mettre en lumière le travail d'ombre terrassant au fond des mines d'or dans sa pièce créée en 2013 : « Pilonner, Forer, Avancer. Pilonner, forer et avancer encore… » pour extraire le Gauta (or).

Dans ce menu composite, trois compagnies étrangères : la compagnie néerlandaise OFFprojects, la belge Action scénique, et l’espagnole Cielo rasO. La première offre Phase Three chorégraphiée par Amos Ben Tal pour trois danseurs qui interagissent à partir de règles. Elles permettent le risque de l'improvisation. On découvrira aussi un quintette féminin mené par Claire Croizé : Chant éloigné. Une pièce entre polyphonie et unisson « tendue vers une dimension de la musique qui est au-delà de l’ouïe ». Enfin la proposition espagnole Nighthawks flirte avec le langage théâtral en campant trois personnages. Établie en Pays basque, la compagnie est dirigée par Igor Calonge. Mais cet élan européen se heurte au coût des voyages.

S’ajoutent encore trois compagnies proches de l’émergence créées en 2011 et 2013 : le collectif Ès (69), Cie Sine Qua Non Art, (17) et, C'Interscribo (60). Le credo du jeune collectif lyonnais se caractérise par l’absence revendiquée de chorégraphe : « Notre premier choix artistique est la création collective. » Il nous offrira un extrait de sa pièce éclose cet été au nom imprononçable : Hippopotomonstrosesquippedaliophobie. Grands phobiques devant l’Eternel, Sidonie Duret, Emilie Szikora et Jérémy Martinez surmontent leurs peurs en les énumérant jusqu’à l’absurde, mêlant le texte au geste.

Présence également de la voix dans le nouvel opus de la compagnie Sine Qua Non Art. Christophe Béranger & Jonathan Pranlas Descours viennent de créer la version courte de Des ailleurs sans lieux avec le projet d’une version longue en 2015 : « Notre trio utilise la voix autant comme refrain que source d’un élan intérieur, parole indicible. Lieu impalpable, le corps renferme tous ces ailleurs qui nous traversent et nous font voyager. » La pièce s’annonce comme une partition sensorielle.

Tatiana Julien, implantée en Picardie, fonde en 2011 C'Interscribo – littéralement « Écrire entre les lignes », qui nomme son ambition : « Tenter d'affirmer une écriture à l’endroit où les mots commencent ou s’achèvent ; quand la danse vient prendre le relai du poète en échec. » La chorégraphe initie le projet « Douve » inspiré du recueil Du mouvement et de l’immobilité de Douve d’Yves Bonnefoy, qu’elle décline en trois volets : Douve (solo) – 2012 ; Douve (trio) – 2013 ; Douve, renversée (trio), créé pour le concours. Une pièce qui augure un travail ciselé d’où jaillit une note d’espoir lancée de plus loin que la mort.

Dominante plastique pour la Cie Ormone (54). Dans Couleurs d’Ombre, Aurore Gruel nous embarquera dans une danse graphique pour, dit-elle, « déployer un espace de la polysémie où l'épure du trait convoque l'image. »

Et dominante hip-hop avec deux compagnies : Swaggers (94) et Shifts (27). Marion Motin crée In the Middle pour un quintette féminin sous forme de voyage initiatique, tandis que Malgven Gerbes & David Brandstätter tentent dans Krump ‘N’ Break Release de faire émerger un langage corporel commun et « une forme de mouvements nouveaux et intenses » en mixant quatre styles de danse propres à chaque danseur : « La fureur dansée du krump, l’acrobatie virtuose du break, la perméabilité de la danse release et la communication intensive de la danse contact ».

The last, but not the least, la compagnie Affari Esteri (21) se caractérise par l'excellence des danseurs et une écriture subtile que le duo Embrace d’Edmond Russo & Shlomi Tuizer nous avait laissé entrevoir. Pour le concours, les deux chorégraphes présentent l'extrait d'une pièce pour quatuor créée en janvier 2014 : Tempéraments. « La pièce nous fait traverser les tempéraments comme autant de zones obscures de la psyché humaine. Liant l'ancien et le moderne, l'allégorique et le cinétique, elle propose une cartographie subjective : zones de l'esprit peuplées de voix, de murmures, de figures, où chaque interprète dévoile son irréductible singularité, au-delà des catégories. »

Deux soirées pour arpenter un paysage chorégraphique en perpétuelle mouvance, prendre le pouls des mutations et des constances. Deux soirées pour enrichir notre perception du monde et nos questionnements de citoyen, ouvrir nos horizons à la fragilité. Deux soirées pour partager nos impressions et se laisser contaminer par ce bouillonnement chorégraphique, cette belle émulation et ces élans créatifs collectifs.

 

[re]connaissance, à la Rampe d'Échirolles en Isère les 21 et 22 novembre.

  • agenda

    2019. Ceci n’est pas mon corps


    16/12 > 18/12/2019 PÔLE SUD
  • agenda

    Sortie d’école


    04/12 > 15/11/2019 CENTRE NATIONAL DES ARTS DU CIRQUE
    22/01 > 16/02/2020 LA VILLETTE
    28/02 > 01/03/2020 HALLES DE SCHAERBEEK
    24/03 > 25/03/2020 THÉÂTRE MUNICIPAL DE CHARLEVILLE-MÉZIÈRES
    03/04 > 05/04/2020 CIRQUE-THÉÂTRE D'ELBEUF
    17/04 > 19/04/2020 LE MANÈGE DE REIMS
    08/05 > 10/05/2020 CIRK'EOLE
    05/06 > 07/06/2020 GRAND PRÉ
  • agenda

    Rémi


    21/11 > 30/11/2019 THÉÂTRE NANTERRE-AMANDIERS
    04/12 > 12/12/2019 THÉÂTRE GARONNE
    Le 15/12/2019 THÉÂTRE PAUL ELUARD
    10/01 > 11/01/2020 LA FERME DU BUISSON