arts visuels

L’avant-dernière version de la réalité

de Stéphanie Rollin et David Brognon


07/03 > 30/08/2020 -MUSÉE D'ART CONTEMPORAIN DU VAL-DE-MARNE (MAC/VAL)‎
Par Orianne Hidalgo-Laurier | publié le 2 mars 2020
© Cosmographia (Ile de Tatihou) de Brognon Rollin. p. Brognon Rollin

En s’infiltrant dans des zones mises à l’écart des regards et des consciences – des îles-prison aux salles de shoot –, le duo Rollin Brognon se confronte à des réalités peu relayées dans les débats publics et qui en disent pourtant très long sur les stratégies d’invisibilisation du pouvoir. Les deux artistes prélèvent sur le terrain des morceaux de réel, en décalquant à échelle 1 les dimensions de l’île de Gorée par exemple, en filmant les mouvements inlassablement circulaires de détenus sur un terrain de foot ou en télescopant une histoire de la colonisation israélienne à travers le figuier de Barbarie, pour les transposer en des installations minimales ouvertes. Une esthétique du détail qui met en perspective ce qu’un environnement et ses représentations font aux corps et aux psychismes.