festival théâtre danse musique réservé aux abonnés

Le Tage coule dans la Seine

Chantiers d’Europe du Théâtre de la Ville

Bomba Suicida / Sofia Diaz / Tiago Rodrigues
01/06 > 29/06/2013 -THÉÂTRE DE LA VILLE

Focus sur la création contemporaine portugaise à Paris. Le Théâtre de la Ville se lie au Centquatre, au Palais de Tokyo et au Monfort pour célébrer les quinze ans du traité d’amitié entre Lisbonne et Paris.

Par Jean-Marc Adolphe | publié le 22 mai 2013
Catabrisa, de Joana Providência, Géméo Luìs et Eugénio Roda, Catabrisa, de Joana Providência, Géméo Luìs et Eugénio Roda, © Comédias do Minho.

L’an prochain, Chypre ? Après la Grèce en 2012, la boussole des Chantiers d’Europe du Théâtre de la Ville invite cette année à porter les regards vers la jeune création portugaise. Quand la « dette » squatte la Une des journaux et voue des pays entiers à la disette, on en oublierait presque que, malgré des subventions en berne et des théâtres au pain sec, des artistes continuent de relever la tête et à offrir d’autres horizons que ceux de l’économie mise en coupe réglée. Des bords du Tage aux rives de Seine, ces Chantiers d’Europe offrent une précieuse passerelle pour permettre à une création plus foisonnante qu’on imagine, de « s’exporter ». Bienvenue, donc, aux « happenings » du Teatro Praga, à la singulière expressivité des chorégraphes du collectif Bomba Suicida (Tânia Carvalho, Marlene Monteiro Freitas et Luís Guerra), aux ombres animées de Gémeo Luís, aux « constellations de sens » de Sofia Dias et Vítor Roriz, ou aux « vérités inventées » de la compagnie Mala Voadora, associée au collectif britannique Third Angels. Plus qu’à la « crise », certains s’intéressent aux fantômes du Portugal, où la démocratie n’a vu le jour qu’en 1974, avec la Révolution des Œillets. Tiago Rodrigues exhume ainsi, dans Mundo Perfeito, des documents sur le théâtre sous le régime de Salazar. La programmation de ces Chantiers d’Europe essaime du Théâtre de la Ville vers d’autres lieux de la capitale et s’ouvre au fado (Carminho, Lula Pena et Misia), aux arts visuels (performances et installations au Palais de Tokyo, vidéos de João Onofre au Théâtre de la Ville), au cinéma (le 9 juin au Centquatre) et à la littérature, avec notamment une soirée António Lobo Antunes, le 6 juin aux Abbesses.

 

Chantiers d’Europe, Lisbonne-Paris, du 1er au 29 juin au Théâtre de la Ville, Centquatre, Monfort et au Palais de Tokyo.