festival arts visuels

Le Voyage à Nantes


08/08 > 27/09/2020 -NANTES, LOIRE-ATLANTIQUE
Par Orianne Hidalgo-Laurier | publié le 3 sept. 2020
La tentation domestique de Vincent Olinet © D. R.

« Relocaliser » le tourisme et les arts apparaît dorénavant comme une nécessité pour ces industries minées par la pandémie. Depuis près de dix ans, Nantes, déterminée à ne pas se laisser muséifier, articule ces deux problématiques avec un parcours d’oeuvres contemporaines à l’échelle de la ville : la façade du théâtre Graslin, héritage du XVIIIe siècle, réveillée par une immense chute d’eau baptisée Rideau par Stéphane Thidet ; la fontaine de la place Royale squattée par un Manneken-Pis totémisé et féminisé (Elsa Sahal) ; un lit à baldaquin flottant sur le canal Saint-Félix qui tourne en dérision le « baroque nantais » (Vincent Olinet). Au quai des Antilles, deux bottes en caoutchouc monumentales (Lilian Bourgeat) inscrivent l’agriculteur dans l’univers des contes. Manière de rappeler qu’il n’y a qu’un pas entre le travail de la terre et celui de l’imaginaire.