arts visuels musique réservé aux abonnés

Rock attitude

Exposition Fans Attitudes à Rouen

Elodie Lesourd / Jeremy DELLER / Nine Antico
08/03 > 04/05/2013 -LE 106

Du 8 mars au 4 mai au 106, à Rouen, les artistes se jouent des codes du fan art proposant photos, vidéos, sculptures, dessins, affiches. L’exposition Fans Attitudes s’interroge sur les représentations standardisées du rock qui contribuent à construire l’identité du fan.

publié le 6 mars 2013
50 000 000 Can't Be Wrong (capture), 2006, 50 000 000 Can't Be Wrong (capture), 2006, © Courtesy B.P.S. 22. Charleroi.

Qu’est-ce que le fan art ? « Pour se faire une idée des multiples formes que peut prendre cet art amateur produit par des fans de rock, rien de mieux que les enquêtes socio-esthétiques de l’artiste britannique Jeremy Deller », écrit Stéphane Malfettes dans « Autels psychédéliques », paru dans le Mouvement n°67. Art du t-shirt, de l’appropriation des signes distinctifs de l’idole pour les intégrer au quotidien, sa place n’est habituellement pas dans les musées. Tout au plus la visibilité du fan art s’acquiert depuis quelques années sur Internet, via les réseaux sociaux et blogs.

Alors comment l’exposer ? Pascal Saumade (qui a déjà organisé en 2011 à la librairie-galerie bordelaise La Mauvaise Réputation Rock’n’Folk Art) prépare avec Barnabé Mons ProFans, prévue à l’automne 2013 au Musée international des arts modestes de Sète. Dans Fans Attitudes. Images de l’adoration, conçue par Stéphane Malfettes, il ne s’agit pas d’œuvres d’autodidactes, ce sont les artistes qui jouent avec les modes opératoires du fan art et brouillent les frontières entre loisirs créatifs et création artistique. Les œuvres d’art se réfèrent explicitement aux modes d’expression des fans. Elodie Lesourd grave des logos de groupes sur soixante panneaux de bois peints en blanc comme le font les écoliers pour personnaliser leur bureau. Dans Heaven In His Youth, elle expose ses propres carnets de croquis qu’elle a exhumés de son adolescence mais auxquels elle a fait subir un traitement à base de plomb liquide. Quant à la Danoise Rose Eken, elle matérialise sa passion pour le rock en reconstituant des microsculptures fétichistes qui comptent tous les instruments passés entre les mains des musiciens de Metallica (Metallich 1981-2012). La vidéaste et photographe allemande Susanne Bürner s’attaque avec humour à la Presleymania et aux jeunes filles à peine pubères situées dans les premiers rangs. 50 000 000 Can’t Be Wrong (2006) donne à voir les turbulences physiques des demoiselles. Toujours dans le sillon d’Elvis, Nine Antico envahit le mur du hall d’entrée du 106 avec un story-board un peu particulier. Pour Elvis Kiss, la dessinatrice s’est inspirée de la célèbre photo d’Alfred Wertheimer réalisée en 1956, à l’occasion de sa première grande tournée aux Etats-Unis, et sur laquelle on voit le King embrasser à pleine langue l’une de ses fans. Nine Antico déploie et décline le patin : l’heureuse élue est embrassée par une autre fan, laquelle reçoit également un baiser…

Aux côtés des œuvres exposées, des conférences et des documentaires rythment l’exposition afin de mieux éclairer le fan art. Citons ici le célèbre fan documentary (documentaire sur les fans) de Jeremy Deller (universitaire, pionnier des Cultural Studies) et Nick Abrahams sur les fans de Depeche Mode : The Posters Came From the Walls (2008), projeté le 2 mai à 21h30.

A travers le regard des artistes, c’est toute la créativité des fans (de rock) qui est à l’œuvre. C. I. 

 

Fans Attitudes. Images de l’adoration, conçue par Stéphane Malfettes, du 8 mars au 4 mai au 106, Rouen. ProFans, exposition prévue à l’automne 2013 au Musée international des arts modestes, Sète.