© Thierry Joyeux.
Critiques Performance

Causerie au musée

Enfant, le performeur David Wahl rêvait du Muséum national d’histoire naturelle. Et c'est là, au cœur de la grande galerie de l’évolution, parmi les poissons, qu'il reprend sa deuxième « Causerie ». La visite curieuse et secrète : une histoire (entre autres) d’amour tumultueuse entre l’homme et l’océan.

Par Cathy Blisson publié le 15 nov. 2019

Un jour, David Wahl a rencontré Dominique, et il n’est pas déraisonnable de penser que sa perception de la chose maritime en a été passablement chamboulée. Il se trouvait à Océanopolis, à Brest, où il posait les premiers jalons d’une incommensurable enquête. Ne le prenant pas au sérieux une seconde, les scientifiques de l’aquarium l’avaient gentiment envoyé nourrir les manchots (papoux) quand il a senti un truc énorme blotti sur son épaule droite. « T’inquiète pas, c’est Dominique », a soufflé un soigneur. Un manchot donc, dont l’œuf avait éclos en couveuse artificielle, et qui s’était dès lors toujours pris pour un humain. De ce drôle d’oiseau irrémédiablement transi, David Wahl a fait le personnage central d’une des Causeries dont il est désormais l’auteur et l’interprète, déroulant à partir de son animale personne un flot de considérations invraisemblables et néanmoins vérifiées sur les liaisons tumultueuses de l’homme et de l’océan.

Il y a quelque chose d’assez magique à assister à la Causerie du sieur Wahl au cœur de la galerie de l’évolution quand on sait ce que le Muséum a représenté pour lui dans l’enfance. Parfaite tanière pour une forme de conversation fondée sur une relecture de prodigiosités oubliées et autres paradoxes inexplorés. Car notre hôte a le don d’exhumer de concert des pépites scientifiques, philosophiques ou littéraires qui n’étaient pas censées se télescoper. Il saute du manchot au pingouin en passant par la myopie d’un corsaire anglais, le principe de convergence en biologie, ou une théorie collatérale d’astrophysique, revisite les incongruités de l’histoire des idées et les vérités cachées sous les balbutiements du savoir, convoque des considérations géopolitiques, juridiques et linguistiques déchues, rameute mythes fondateurs, fantasmes et utopies. Et s’excusant avec une gourmandise non dissimulée de bousculer la logique conventionnelle des choses, il s’interroge au passage sur des questions aussi essentielles que le rôle de la viande grillée dans le développement de intelligence humaine, ou l’inanité de « lois naturelles » autres que le changement et l’adaptation.

 

> La visite curieuse et secrète de David Wahl, jusqu’au 17 novembre au Muséum national d’histoire naturelle. David Wahl est soutenu par [N.A!] Project