Le Iench d'Eva Doumbia © Abdoulaye Doumbia
Critiques Théâtre

Le Iench

Ça aurait pu être le récit habituel d’un gamin noir de banlieue, de ses parents tradi, de ses racailles de copains, et de sa sœur studieuse déterminée à s’extraire du ghetto par la magie de la méritocratie. Mais cette fable-là, celle qui fantasme une société qui n’existe pas, l’auteure et metteure en scène Eva Doumbia n’y prête même plus attention, assez occupée à représenter le quotidien bien réel des humains qui l’entourent.

Par Agnès Dopff publié le 16 oct. 2020

Dès l’apparition de la première actrice sur scène – une jeune femme noire campée face à la salle et dévorée d’inquiétude pour son frère jumeau disparu -, Le Iench oblige le regard des spectateurs à faire avec les clichés qui le polluent : on voudrait être sûr.e de penser à Asa Traoré pour l’angoisse de frangine qui envahie le personnage, et non parce qu’en France, elle est l’une des seules figures médiatiques noire et femme, issue d’un milieu populaire qui plus est. Et c’est là qu’est la puissance du Iench : traquer les vilaines habitudes d’un racisme structurel partout où il se niche, sans ménagement mais sans agressivité non plus.

Dans le cube ouvert qui trône sur la scène, pas de gadgets en wax ni de bling-bling hip-hop : seulement la banalité déroutante d’un écran télé, d’un canapé un peu défoncé, de napperons en dentelle défraîchie et d’une nébuleuse de photos accrochées au mur. Bref, l’intérieur ordinaire d’une famille populaire. Le spectateur est alors introduit dans l’intimité d’une famille afro-descendante, espace trop peu représenté et pourtant surface de projection à tous les fantasmes. À la maison, il y a les parents, les jumeaux Ramata et Drissa Diarra, et le petit dernier, Seydouba. Depuis aussi loin qu’il se souvienne, Drissa rêve d’y avoir un chien, comme à la télé. À travers ce bête désir de gosse, Le Iench incarne sur scène l’aspiration à la normalité, pulvérisée par la violence du racisme systémique qui règne encore en France, et avec laquelle une bonne frange de sa jeunesse doit dealer quotidiennement.

Bandes organisées

Dans Le Iench, les personnages échappent aux clichés d’un théâtre de la bonne intention. L’écriture rigoureuse d’Eva Doumbia fouille le réel en puisant dans les témoignages récoltés au gré des rencontres et des collaborations, et va chercher dans la langue vernaculaire comme dans la métaphore onirique – bref dans la langue véritable des jeunes avec ou sans « origines » – ce qui pourrait formuler au mieux le fait de ne pas être blanc. Le copain Karim déteste la flicaille, mais lorgne sur la reconnaissance que pourrait lui offrir l’armée. Mandela tient les murs et qualifie les blancs de « bab », même si ses propres parents le sont. Les corps échappent au polissage ordinaire des plateaux de théâtre, sans basculer dans l'exotisme : comme sa mère, Ramata tchip et joue des poignets quand elle s’emporte. Comme ses copines, elle fait la miss et joue les ballerines devant la glace. Drissa, avec ses potes, grille des clopes, imite l’accent des darons et s’inquiète pour son bac. Atelier des genres et des identités, Le Iench compose une fresque humaine où la nuance est la première exigence, où le sujet non blanc prend le micro à la première personne, le regard droit et la tête haute. Avec ses personnages, avec ses comédien.ne.s, Eva Doumbia construit un théâtre hospitalier, où l’on entre avec politesse et respect, comme un voisin ou un invité venu de plus loin, et où la famille et les amis, sur scène et dans la salle, s’imposent en premiers alliés contre les violences systémiques et les assignations à  une citoyenneté de seconde zone.

>Le Iench d’Eva Doumbia a été présenté du 6 au 10 octobre au CDN Normandie-Rouen. Du 3 au 6 novembre à la Comédie de Saint-Etienne; du 10 au 11 décembre au Trident, Cherbourg-en-Cotentin; du 28 au 29 janvier au Théâtre Joliette, Marseille; le 17 février au Tangram, Evreux-Louvier; du 7 au 8 avril à la Comédie de Caen; le 17 avril à la Scène Nationale 61, Alençon


>Eva Doumbia, Le Iench, Editions Actes Sud-Papiers, septembre 2020