Vue de l’exposition Markus Schinwald, CAPC, Vue de l’exposition Markus Schinwald, CAPC, © F. Deval.
Critiques arts visuels réservé aux abonnés

Sous l'emprise du théâtre mécanique

Au musée d’art contemporain de Bordeaux (CAPC) Markus Schinwald distille un à un tous les ingrédients de « l’inquiétante étrangeté » théorisée par Sigmund Freud. En cherchant à « défossiliser » des tableaux, l’artiste évolue dans un espace-temps marqué par le retard, le différé, expression de l’esthétique soulignée par Nicolas Bourriaud.

Par Alexandra Fau publié le 18 juin 2013

 

L’univers de Markus Schinwald (né en 1973) s’appréhende au gré d’un parcours ponctué de peintures, sculptures et vidéos, dans l’immense nef du CAPC, magistralement investie. Les voûtes de l’ancien entrepôt Lainé semblent renfermer le lourd secret de chacun des portraits de style Biedermeier (1814-1848) (1), étrangement muselés. (...)