© Archives de Provoke, courtesy du Bal
photographie réservé aux abonnés

Quand soudain, Provoke

Fin 1968, une poignée d’artistes flingue la tradition documentaire et l’élégance formelle pour ressusciter la photographie japonaise en un langage pulsionnel, branché sur l’urgence. 

 

Par Théophile Pillault publié le 5 sept. 2016