Graniers, juillet 1976. Une carte accompagnée d’un calque, tracés par Gisèle Durand, Graniers, juillet 1976. Une carte accompagnée d’un calque, tracés par Gisèle Durand, © D. R.
Portraits politique réservé aux abonnés

Deligny, de lignes en lignes

Récemment exposées au Palais de Tokyo, les cartes des «lignes d’erre» (trajets d’enfants autistes et mutiques), tracées par les compagnons de l’éducateur Fernand Deligny, paraissent en livre. Une occasion de réfléchir sur les rapports entre Deligny et l’improvisation et de revenir sur cette histoire.

Par Marianne Dautrey publié le 28 févr. 2013

Fernand Deligny résume sa vie à une série de « tentatives ». Ces tentatives ont eu lieu, elles se sont traduites par des expériences, inscrites dans des corps, ancrées dans des lieux ; elles ont déposé une couche de vécu en chacun de leurs participants et dans les textes de Deligny lui-même, qui n’a cessé de les transcrire et raconter, de les théoriser et poétiser dans un même geste. (...)